Le plus important : le niveau de bien être du patient

Les seuils ou niveaux de tel ou tel paramètre (calcium, phosphore, magnésium, etc.) sont importants bien sûr mais il ne faut pas s’arrêter qu’aux seuls chiffres.

Ce qui compte le plus et ce que devra avant tout rechercher le médecin traitant c’est de parvenir à un niveau de qualité de vie du patient le plus correct possible tout en évitant au maximum les effets indésirables du traitement. 

On n’insistera jamais suffisamment sur ce point : les conséquences de la maladie d’hypoparathyroïdie sont tels qu’ils impactent grandement la qualité de la vie au point souvent d’empêcher les patients de mener une vie professionnelle ou une vie normale. Le médecin devra donc rechercher en premier un retour à une qualité de vie acceptable en minimisant les effets secondaires des traitements et non pas d’arriver à tout prix à un seuil ou un taux donné de tel ou tel élément. La participation active du patient (c’est lui qui ressent les effets de la maladie d’hypoparathyroïdie) est donc essentielle pour guider le médecin dans la recherche du meilleur traitement à un moment donné de sa vie.